Notre transat retour…

Nous sommes sur les rotules entre le check final pour la transat, l’approvisionnement pour 20 jours à 7 personnes et les lessives… 

Et afin de ne pas nous ennuyer, gros changement dans nos projets, Sea You est sous compromis! Il repartira dès le mois d’Aout avec une nouvelle famille… De nouveaux Sea You sur l’eau 😉 Nous espérons que vous profiterez de cette superbe partie de vie comme nous avons eu la chance de le faire avec nos enfants. 

Cette nouvelle nous fait tout bizarre car elle concrétise la fin de notre aventure… Dans nos têtes, nous pensions encore profiter de Sea You comme une thérapie douce 😉 Le sevrage va être violent et l’organisation à notre arrivée est toute chamboulée car nous devions vivre à bord le temps de trouver un nouveau boulot. Voici en quelques mots l’état d’esprit de chacun: 

  • Robin alias « Gabart » est sous le choc,
  • Marius alias « le cascadeur » est mitigé, mais le connaissant il rebondira avec un cheval…
  • Emile, est d’accord de vendre Sea You contre une poule 😉 
  • Et de notre côté, nous nous sentons un peu mélancoliques…

Toutefois quelle bonheur de savoir notre joli voilier à nouveau sur l’eau avec pleins de nouveaux mousses et non pas dans un port à attendre sa prochaine sortie. Quel aventurier notre Sea You, toujours prêt à reprendre la mer!!!

Manu récupère deux jours avant notre départ nos équipiers, Cédric et Vartan, à l’aéroport de Nassau. Ils sont fatigués par leurs 24 heures de voyage mais surtout chargés de chocolats de toutes sortes… Denrée inabordable depuis Grenade, nous allons nous régaler 🙂 🙂 🙂 En arrivant à bord, nous les sentons motivés par la transat mais également par un bon ti-punch comme au bon vieux temps…

ogITCq80QPi+ydPfO%rQzA_thumb_3b40Le lendemain dès 8 heures, les trois copains commencent la pose du nouveau vérin Lecomble & Schmidt. Ce dernier est plus gros, plus économe et puissant que l’ancien. Adaptation… Modification… Essai sur l’eau… A 17 heures le vérin fonctionne à merveille 🙂 Nous sommes tous rassurés car parcourir les 2900 miles qui nous attendent sans ce 5ème équipier n’enchantait personne. 

Le jours suivant, après le plein d’eau et de gazole, nous changeons de mouillage et partons au nord-ouest d’Athol Island. Nous testons le nouveau pilote dans des conditions plus éprouvantes qu’hier (20-25 noeuds de vent et une mer plus formée). Les essais sont concluants mais malheureusement le côté idyllique des Bahamas n’est pas au rendez-vous. Nous enchainons des grains à répétions… Manu explique également toutes les manoeuvres à bord de Sea You. Cédric et Vartan ont leur propre bateau et sont à leur deuxième transat retour, c’est très appréciable et rassurant. Lors de cette prise en main par les équipiers, chacun partage ses trucs et astuces pour optimiser la vitesse du bateau. Ca promet, nous allons filer sur l’eau 🙂 Malgré le ciel gris, nous en profitons tout de même pour faire un dernier petit plongeon et pour mettre un dernier pied à terre avant nous ne savons combien de jours.

0Q5PTvTCT1W0mcHaMMx8GA_thumb_3b65

Jour J: mardi 15 mai

Au levé du jour, nous sommes prêts à en découdre pour la transat. Seul petit bémol, Robin, malade depuis quelques jours, est pris de quintes de toux de plus en plus sévères. Inquiets, nous retardons le départ de quelques heures afin de faire un check-up complet chez un pédiatre. Le médecin pense qu’il a chopé le petussis ou plus familièrement le wooping cought. Il nous prescrit à tous des antibiotiques en préventif car c’est très contagieux. Il nous rassure cependant pour notre voyage. Où Robin as-t-il bien pu attraper cette cochonnerie. Avis à nos amis médecins, installez-vous au Bahamas car ici une consultation pédiatrique coûte 375 dollars!

RgkX%6NZTtyeYvkF2G%3jw_thumb_3b57Entre la consultation et la pharmacie, Vartan, ayant peur de tomber à cours de sucreries, fait une halte à Fresh Market. Manu, Cédric et les deux plus jeunes pirates nous attendent à bord et nous préparent une quiche lorraine, salade… Juste avant le grand saut, Robin et Marius nous organisent une dégustation d’eau (Voss,…).

13h00, nous levons l’ancre. Les conditions sont idéales, 15 à 20 noeuds de vent et le soleil est au rendez-vous 🙂 Comme chaque grosse navigation, tout le monde est un peu vaseux aujourd’hui. Cela n’empêche pas Manu et Vartan de lancer les paris… L’hélice Max Prop se replie-t-elle moteur enclenché ou au point mort? Vartan plonge sa GoPro sous le bateau pour valider l’une ou l’autre théorie. Conclusion, les pales se mettent en drapeau lorsque le moteur est éteint et que l’on enclenche ensuite la marche arrière. Vartan perd son pari et promet donc une tournée de Gin Tonic pour tout le monde à notre arrivée aux Açores. 

Marius et Emile chahutent pas mal… Comme chacun, il faut qu’ils prennent leurs marques.

La mise en place des quarts se fait par tirage au sort. Le premier de quart ce soir est donc Cédric (20h30-23h) puis Perrine (23h-1h30), Vartan (1h30-4h) et pour finir Manu (4h-6h30). Demain, nous tournerons afin que chacun puisse avoir une nuit complète de temps en temps.

Jour 2: mercredi 16 mai

Après le petit déjeuner, nous envoyons par Iridium à Michel, notre routeur de la société Searout, notre position et nos conditions de navigation. En retour, il nous envoie presque instantanément notre 3ème waypoint. Au vu des conditions météo et pour éviter la pétole, nous décidons de faire route vers le nord et de ne pas nous arrêter aux Bermudes. Nous voilà donc parti pour une vingtaine de jours en mer.

Le rythme de la transat s’installe petit à petit… Jeux de cartes, coloriages, déguisements, lectures, films, siestes, réglages de voiles et stratégies de routage… 

Comme notre départ de transat allée, un ballet de dauphins nous montrent le chemin. Cela serait un bon présage 🙂 

Robin se repose tant qu’il peut et se concentre pour tousser le moins possible. C’est un super malade car il ne se plaint jamais. Nous sommes si fiers de lui! 

La journée passe vite…

Nous sommes partis depuis 36 heures et avons parcourus près de 250 miles soit 7 noeuds de moyenne. Espérons que ces bonnes conditions perdurent. Aucun bateau en vue, tranquillou Sea You 😉

Bingo, Cédric a mal fermé son hublot, les nuits humides commence pour lui.

Jour 3: jeudi 17 mai

Tout l’équipage est réveillé par la toux inquiétante de Robin. Lors d’un moindre effort physique (déplacement ou même rire), il est pris d’une quinte de toux et a une sensation d’étouffement. Il a les larmes aux yeux, nous nous sentons tellement impuissants… En traduisant le terme whooping cough sur le dictionnaire anglais-français, nous comprenons enfin le diagnostic du médecin de Nassau. Robin aurait chopé la coqueluche!

Cédric appelle gentiment un de ses potes médecins, Julien. Il nous confirme que les symptômes ressemblent à ceux de la coqueluche. Il nous rassure et nous confirme qu’il ne faut pas nous inquiéter. Nous le remercions encore pour cette consultation pas facile sur un enfant de 11 ans au milieu de l’Atlantique.

Robin stresse de plus en plus. Cela n’arrange pas sa toux et un simple mouvement de bras lui provoque une quinte étouffante. Il est à bout de souffle et nous supplie de nous arrêter… Nous ne supportons plus de le voir dans cet état! Vers une heure, nous contactons le CCMM de Toulouse. Manu décide de viser les Bermudes au prés serré à 300 miles de notre position.

Grâce à son carnet de santé, le médecin et le pédiatre contredisent d’office le diagnostic de coqueluche car il est vacciné. Ils prennent donc Robin au téléphone et lui demande de tousser au bout du fil. Ils ne constatent aucune insuffisance respiratoire. Ils ne voient donc aucun inconvénient à continuer sur les Acores car ce n’est qu’une inflammation de voies respiratoires supérieures. Il n’y a pas lieu de nous inquiéter… Plus facile à dire qu’à faire. Nous nous sentons tellement vulnérable au milieu de l’océan! Ils lui prescrivent un traitement à la cortisone pour 48 heures supplémentaires afin de le soulager. Ils nous conseillent également de vivement le rassurer.

Cédric et Vartan prennent la gestion du bateau pendant que Manu et Perrine`s’alternent entre le chevet de Robin et les jeux avec Marius et Emile. Pour compléter le traitement et isoler Robin un maximum des bruits environnants, il regarde des films ou écoute de la musique avec un casque sur les oreilles. 

La tension à bord redescend et notre malade semble aller mieux…Durant l’après midi, nous lançons les lignes de pêche et cuisinons tous ensemble des croques monsieur pour ce soir.

Jour 4: vendredi 18 mai

Après avoir transformé l’Iridium de Vartan en téléphone « rasta », nous recevons de Searout les waypoints 4 et 5. Cela coïncide avec nos prévisions de route 🙂

Marius reprend l’école de façon « je n’ai pas envie d’avoir envie »… Robin, encore faible, regarde un dessin animé avec Emile. Cédric reçoit un texto Iriduim de Nathalie, son épouse. Apparement à Bordeaux, c’est mode gastro… Elle termine son message par les initiales FI. Nous en concluons qu’elle rassure Cédric de sa FI-délité… Afin de fêter ça, nous cuisinons une piémontaise façon Talitha ce midi 😉

Marius et Emile chahutent pas mal… Depuis l’arrivée de Cédric et Vartan, ils se disputent souvent. Ca nous agacent! Nous devons régulièrement leur rappeler les règles. Nous plaignons nos équipiers…

Dans l’après-midi, Vartan nous rappelle les règles du poker. Le gagnant remportera un paquet de nounours Haribo. Les amateurs de bonbon à bord ne prennent pas ce lot à la légère car il ne reste plus que quelques paquets dans les cales 😉 Marius gagne cette manche grâce à un magnifique coup de bluff!

Jour 5: samedi 19 mai

fvqYbd+MTxi9oLf0ukdBfg_thumb_3b96Ce matin, c’est la risée « Volvo » 😉 7 à 8 Noeuds de vent apparent, la mer est calme… Nous en profitons pour appeler notre ami Nico de Wind4life qui aurait adoré faire parti du voyage.

Allons-nous sortir le spi pour la première fois à bord de Sea You??? Cédric en meurt d’envie et ses 200 mètres carrés ne lui font même pas peur 😉 Manu et Perrine ne sont pas francs… Ouf, le nouveau waypoint 6 nous permet de lofer et d’accélérer notre cadence.

Nous sommes toujours préoccupés par l’état de Robin. Ses quintes de toux sont moins régulières mais persistes… Demain, nous arrêtons la cortisone. Nous lui donnons donc l’ordre de ne plus bouger. C’est interminable et Robin n’en peut plus d’être inactif. Cela ne lui ressemble tellement pas. Nous essayons de canaliser ses angoisses en détournant son attention sur des moments câlins, des petites discussions entre nous, un peu de lecture et quelques rires. Nous comptons les jours avant notre arrivée… nous nous souviendrons de cet transat!

Dans l’après-midi, bingo le vent revient! 

Nous organisons un nouveau tournoi de poker. Marius, 9 ans, nous écrase à nouveau! Il a vraiment un don pour les jeux de cartes ce pirate. 

A peine le temps de préparer des pizzas et les quarts de nuit reprennent….

Jour 6: dimanche 20 mai

La météo est toujours aussi clémente. 10 à 12 noeuds de vent grand largue avec une houle pas plus haute que 2 mètres…. Nous étions loin d’imaginer une transat retour dans de si bonnes conditions. Ce n’est peut-être pas commun mais pour le moment, elle est nettement plus confortable qu’à l’aller car nous ne sommes pas ballottés dans tous les sens par la houle. Croisons les doigts pour que cela dure.

Ouf! Robin va mieux 🙂 Sa toux s’estompe et dans l’après-midi, il arrive à se lever sans qu’une quinte le mette à terre. Après un bon bol d’air dans le cockpit, Perrine et lui cuisinent dans le carré un cake pour régaler les papilles de tout l’équipage. Pendant ce temps, Emile confectionne un bateau de pâtes colorées…

Nous passons vent arrière et décidons donc de mettre les voiles en ciseaux. Chaque « mâles » ( 😉 ) à bord exposent sa technique. Nous testons donc aujourd’hui une nouvelle méthode de tangonnage, celle de Cédric et Vartan 😉 Plus conventionnel mais moins pratique selon nous.

Avec toutes ses discussions très masculines, une présence féminine manque quelquefois à Perrine 😉 Elle reste toujours aussi pommée lorsque les discussions tournent autour des porsches, des ducats ou de tout autre engin motorisé…

Jour 7: lundi 21 mai

De waypoint en waypoint, nous surfons sous la dépression.

Ce matin, Cédric endosse la casquette de professeur de mathématiques avec Marius. Son objectif, lui faire réviser les tables de multiplication avec à la clé des morceaux de chocolat… Marius respire le bonheur…

0XuEmeqwQwmJEht9YFh+2A_thumb_3bb2

Dans l’après-midi, le vent monte à 25-30 noeuds ainsi que la houle. Ces nouvelles conditions nous permettent de valider le vérin, extrêmement silencieux et peu énergivore (consommation divisée par deux par rapport à l’ancien). Nous réduisons les voiles. Le tangon toujours à poste, le bateau avance très bien.

Le frigo se vide petit à petit… La viande se fait rare… Nous souhaitons vivement pêcher quelque chose de comestible. Malheureusement, nos deux poulpes n’ont remonté aucune prise depuis 3 jours, hormis des sargasses 😦

Plus nous avançons, plus la fin du voyage est palpable… Que de souvenirs accumulés depuis 2 ans! Un page se tourne bientôt… Nous sommes tous un peu mélancolique mais aussi pressés de retrouver amis et famille…

Jour 8: mardi 22 mai

Il y a encore une semaine nous vivions toujours en maillot, short, t-shirt et tongs… Dorénavant les polaires (glaglagla) sont de sortie et nous commençons à manger à l’intérieur…  Vive la Bretagne 😉 Déjà dans le bain…

Un front froid s’annonce… Dilemme entre vitesse, vie à bord et navigation en mode « famille »… Nos équipiers trépignent de « bouffer de l’écoute et des miles ». De notre côté, nous préférons la jouer « soft »…  Par nos expériences, nous savons que Sea You est capable d’affronter une baston… Mais nous souhaitons le ménager et cela n’est vraiment pas du goût de Perrine et Manu. Searout, ayant bien compris notre façon de naviguer, modifie son dernier waypoint et le positionne plus au sud afin d’éviter les 30-35 noeuds annoncés plus au nord. Déso les copains, nous suivons ses recommandations… Ne nous en tenez pas rigueur 😉

Les voiles claquent vers midi, nous devons les enrouler et naviguer au son du moteur 😦 Lors de cet après-midi grise et pluvieuse s’organise une séance ciné dans le cockpit pour Vartan, Robin et Marius, une pause lecture pour les autres et une sieste interminable pour Emile…

Toujours aucun espadon, thon ou dorade coryphène au bout de nos lignes… Manu se lance donc dans des lasagnes de « légionnaire » dixit Cédric … La viande hachée est remplacée par du corned beef… Malgré cet ingrédient peu appétissant, tout le monde se régale.

Par chance, à la nuit tombée, le vent daigne revenir pour le quart de Perrine 🙂 Allez, toutes voiles dehors!

Jour 9: mercredi 23 mai

A 3 heures du matin, tous les gars sont sur le pont car nous enregistrons des rafales à 35 noeuds, Sea You nous embarque à 11,9 noeuds. Ils enfilent leurs gilets et leurs longes à une vitesse grand V pour réduire la grand voile et le génois tangonné… Quelle plaisir pour Perrine de rester au lit bien au chaud pendant cette manoeuvre 😉

L’état de Robin est stationnaire 😦 Nous hésitons à appeler à nouveau le CCMM car cette étrange toux dure maintenant depuis 15 jours et l’empêche toujours de se lever. Nous prenons notre mal en patience… En tant que parents, au beau milieu de l’océan Atlantique, nous vivons fort mal cette situation éreintante…

Euréka, nous avons enfin une prise au bout de la ligne! Nous remontons un joli thon de plus ou moins 5 kilos. Nos papilles salivent déjà 😉 Ce soir, Perrine nous concocte de délicieux steaks de thon à l’indienne…

Pour occuper le temps, Vartan et Manu envoient un mail à Nathalie, l’épouse de Cédric, en se substituant à ce dernier. Esprit carabin à 200 pour cent… Désolés, nous ne pouvons le publier 😉

Ca y est, nous sommes à mi-transat!

Jour 10: jeudi 24 mai

Dans la matinée, le nouveau waypoint de Michel arrive. Il nous conseille de filer pleine est et de rester encore sous le 35° Nord. Dès lors, une mutinerie amicale commence à bord 😉 Cédric et Vartan veulent amorcer notre remontée vers le nord pour éviter une pétole. Avec leur option, nous risquons d’affronter des vents importants… Afin de trancher, nous décidons d’appeler notre routeur. Ce dernier nous confirme qu’il ne faut pas monter car cela risque d’être inconfortable et que nous ne devons pas nous inquiéter car Eole restera avec nous jusqu’aux Acores.

uWAdSZQMS9OyxDaTJ20_thumb_3bd5Aujourd’hui, le bateau danse, nous vivons à l’intérieur… Le vent souffle à 30 noeuds, les menus, par conséquent, sont simplifiés: thon et ratatouille en boite pour le déjeuner puis hot dog moutarde accompagné d’oignons caramélisés pour le diner.

Nous restons à l’intérieur toute la journée car les vagues éclatent régulièrement dans le cockpit (chose très rare à bord de Sea You). Nous sommes ravis d’avoir un « gros » bateau. En fin d’après midi, Robin se sent enfin mieux 🙂 Il s’aligne donc sur le tournoi de poker quotidien mais trop joueur, il se fait aplatir au bluff de ses adversaires.

Toute la nuit, nous subissons 30 noeuds de vent établis. Nous nous réveillons brutalement lorsque Sea You se couche dans une mer formée, une première pour nous… Les vagues sont impressionnantes et de travers. Robin et Marius sortent de leur cabine en annonçant que le mat a touché l’eau 😉

Nous réalisons aujourd’hui un nouveau record, nous avons parcouru 218 miles en 24 heures. A cette vitesse, nous serons très vite à Horta…

Jour 11: vendredi 25 Mai

Ouf, la fin du front froid arrive. Nous pouvons amorcer de nouveau notre remontée vers le nord! Fini les rafales à 40 noeuds.

Au petit matin, nous recevons des textos des ex-Wind4lifes, ex-Zanzibars et ex-Thalitas (nos bateaux copains revenus en France l’année dernière). Quelle plaisir d’avoir des nouvelles de la terre au beau milieu de l’océan! 

Juste après, Marius constate de l’eau sortant de la porte de sa salle de bain. Mince, nous n’avons pas fermé la vanne des WC!!! Avec la gite et les conditions de ces derniers jours, la cuvette a débordée 😦 Grossière erreur de débutant.

jkmIirIYQV2denYxsqzZZA_thumb_3be5 A 14 heures, une pétole s’installe… La remontée vers Horta s’annonce moins venteuse. Avec un faible courant dans le nez, nous jouons avec les voiles et le moteur. Nous n’avançons que de 85 miles aujourd’hui… Pas top pour le moral.

« Bip,Bip,Bip! » l’alarme MOB (signalant un homme à la mer) se déclenche. Cédric est de quart, Manu saute du lit. Rien de grave, notre ami a malencontreusement déclenché l’alarme en s’endormant sur l’Ipad relié au traceur, lol. Par contre, après de multiples manipulations, il est impossible de stopper cette foutue alarme…Perrine, notre ingénieur Raymarine est réveillée et remet tout cela en ordre 😉

Jour 11: samedi 26 mai

La nuit se passe au doux ronron du moteur Volvo. Au petit déjeuner, nous réfléchissons à sortir le spi. Ca serait une première. Les garçons le préparent mais le rangent aussitôt car le vent revient en fin de matinée… Il est prêt pour une prochaine pétole 😉

Dans les bêtises Sea You du jour, Emile se fait attaquer par la cafetière et Cédric perd le dernier seau du bord avec l’aide de Perrine 😉

Robin se sent de mieux en mieux et reprend un début d’activité. Les quatre adultes se regardent rassurés.

Jour 13: dimanche 27 mai

Chose extrêmement rare, nous profitons d’une grasse matinée… Cédric et Vartan ont bâillonné les trois pirates au mat 😉

Nous recevons la réponse à notre message des ex-Wind4lifes et un sms des parents de Perrine, c’est bon pour le moral 😉 

La journée est régulée par des siestes sur la plage de bain avant (profitons-en pendant qu’il est encore temps), la préparation de la pizza et une partie de puzzle géant pour les garçons.

Depuis quelques soirs, le premier de quart est fréquemment de mauvaise foi. Tout est bon pour gagner un quart d’heure voir une demi-heure de sommeil. Cédric reste le plus pacifiste et allonge régulièrement ses quarts.

Jour 14: lundi 28 mai

7v0uIOnaSx2Mrg3qYYEF1w_thumb_3c17Aujourd’hui, nous sommes au prés et devons tirer un bord pour avancer de quelques miles. Pendant l’école, nous subissons une attaque de poissons volants par nos équipiers… Il est temps de les rendre à leurs épouses respectives 😉

Depuis quelques jours, Cédric, se qualifiant de piètre cuisinier, nous épate! Il devient un chef étoilé à bord, Penne Arrabiata à la gîte, Bravo! (Nath, tu peux maintenant le laisser se débrouiller seul en cuisine 😉 ).

Depuis notre dernière prise, nos moulinets sont muets… Heureusement, notre approvisionnement de produit sous vide à Nassau est abondant et nous ne manquons de rien. Toutefois, au quatorzième jour en mer, il ne reste plus aucune trace de poulet, viande, tomate ou concombre… 

Jour 15: mardi 29 mai

curMQP%qSzu6GWxwuxgK0g_thumb_3c18Journée longue et difficile aujourd’hui! Sea You est en mode « Rodéo ». La mer n’est pas contente du tout. Ca tape fort, trop fort… Il est impossible d’atteindre le waypoint de Searout sans entendre Sea You souffrir. 

Dans les cabines avants, Cédric et Vartan ont droit à des tours de montagnes russes gratis… Les cabines arrières ne sont pas tristes non plus… Il est difficile de dormir… Les vagues explosent régulièrement par dessus bord. L’une d’elles entre même par la descente! Le carré est tout salé 😦 Les vêtements, les draps, les chaussures sont humides… Nous nous cramponnons pour avancer. La cocotte minute décide même de s’envoler avec sa copine, la cafetière, car le cardan de la gazière est en butée… Les enfants usent le disque dur de films, et les grands fantasment sur un hamburger frites au Peter’s bar… La fatigue se fait ressentir! Le baromètre reste sous haute surveillance.

Jour 16: mercredi 30 mai

Il est quatre heures UTC, nous frôlons la barre fatidique des 500 miles à encore parcourir 🙂 La mer s’est suffisamment calmée et nous pouvons nettoyer la cuisine, mettre de l’ordre dans le bateau. Cela est plus plaisant car le carré est un peu le QG de l’équipage. (le cockpit étant inexploitable à cause des vagues). Chacun a eu le droit à une douche salée et s’est retrouvé trempé de la tête aux pieds lors d’une furtive sortie sur le pont… La voile restera toujours une activité un peu bizarre voir limite masochiste…

Jour 16: jeudi 31 mai

Le vent et la mer se réveillent de nouveau. Le vent s’établit à 25 noeuds et des rafales soufflent à 35 noeuds. Nous parcourrons 185 miles en 24h. Suite à un faux mouvement, Perrine souffre du dos…  Le bateau en perpétuellement mouvement n’aide pas à son rétablissement. Même dans le lit, les muscles travaillent 😦 Cédric, en bon marin prévoyant, lui prête une ceinture lombaire et lui propose quelques cachets.

Petite pensée ce soir à nos amis du voilier « La vie en rose » car nous cuisons leur riz, thon, curcuma dont ils nous ont partagé le secret… Au menu du jour, des boites de thon venant de Colombie, du Panama et des Caymans …. Exotique, non?

Jour 17: vendredi 1er juin

v8iUo+ioTPydlvUo7FjRiw_thumb_3c2dLe froid se fait de plus en plus ressentir, après les polaires, nous dégainons aujourd’hui les pantalons et les chaussettes… Bonne nouvelle, cependant, nous pouvons à nouveau profiter du cockpit car la mer s’est adoucie.

Petite séance coiffure cet après-midi. Cédric, en apprenti coiffeur, propose à Manu une coupe au design « Sea You »… Tendance à confirmer 😉 La tondeuse en panne, Manu finit cette coupe au rasoir bic et à la mousse à raser…

L’arrivée approche! Dans la nuit, Cédric double un voilier. Il se la joue François Gabart et le dépasse comme pour rire 😉 Durant 18 jours, nous n’avons croisé aucun voilier… Par contre, nous avons aperçu quelques cargos, un bateau de croisière style MSC et trois bastions américains au large des Bermudes.

Jour 19: vendredi 2 juin

Le vent monte dans la nuit, le moral est au beau fixe car nous aurons notre bière au Peter’s Bar pour 13 heures 😉 Les bateaux dans le secteur sont nombreux. La veille doit être faite de façon très attentive (toutes les dix minutes contre les vingt à trente minutes en hauturier).

A 5 heures UTC, la terre est en vue!

Au levé du soleil, le mont Pico est dans les nuages. Notre arrivée est frileuse mais n’en reste pas moins magnifique. Quel changement de décor par rapport aux Caraïbes: les prairies sont vertes, la pluie est au rendez-vous et les températures frôlent les 20°C…

Un dernier bord de près puis nous arrivons dans le port bondé de Horta. Les bateaux sont à couple sur 4 voir 5 rangées. Nous n’avons pas le droit de nous ammarer. Nous mouillons donc et regonflons l’annexe afin de mettre notre premier pied à terre après 17 jours et 16 heures de mer 😉

zNTAiQsDTBe7TC3EAZvybg_thumb_3c7d

Direction le fameux Peter’s Bar pour déjeuner où les vestes de quarts sont de rigueur 😉 😉 😉 Un grand grand MERCI à nos deux supers équipiers, Cédric et Vartan, de nous avoir accompagnés dans cette aventure!

Notre trajet jour après jour:

transat retour

 

Publicités

20 réflexions sur “Notre transat retour…

    1. Impressionnant mais rien de grave (une inflammation des voies respiratoires supérieures)… Robin accepte mal la fin du voyage et c’était sa façon de l’exprimer.. A très vite.

      J'aime

  1. Très beau récit, mais quelle aventure !
    Heureusement que je n’ai eu connaissance de vos péripéties que maintenant😟.
    Prenez soin de vous pour la dernière ligne droite.
    Gros gros bisous 😘

    Aimé par 1 personne

  2. coucou les amis,

    Ca doit faire drôlement bizarre de revenir à la vie terrestre bientôt, un sacré choc même, alors profitez à fond avant votre retour et la la poule d’Emile échangée contre le Sea You! j’adore!
    bises à vous, Anne

    Aimé par 1 personne

  3. Quel retour un peu stressant 👍
    Bonne récupération à Robin
    Réhabituez vous au climat breton et à la terre ferme
    Mais encore quelques milles à parcourir
    Et pour SeaYou bonne continuation sur les flots
    A bientôt
    Bises à toute la famille
    Paul

    Aimé par 1 personne

  4. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte. blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

    J'aime

  5. Ils l’ont fait ! Bravo
    Manu et Perrine , j’ai trouvé votre prochaine vocation : écrivain …
    C’est toujours une joie de vous lire😍
    J’ai publié également le récit de notre transat sur Lys des Mers
    À très vite

    Aimé par 1 personne

  6. J ai presque envie de prendre RV au cabinet médical de tes parents pour avoir encore et encore de vos nouvelles… je n ai pas loupé un épisode de votre aventure, merci de Ns avoir fait partager vos 2 ans, nous avoir fait rêver, gîter, déguster les spécialités et vivre vos belles étapes et vos soucis inévitables de mer, de bateau, d’administratifs pour rentrer ds certains ports.
    Ouf Robin va mieux, espère vous revoir ds le Nord
    Gros bisou

    Aimé par 1 personne

  7. J’ai suivi avidement votre aventure en « sous-marin ». Il est temps que je remonte à la surface pour vous saluer et surtout vous remercier de m’avoir permis de rêver à travers ce blog.
    Votre récit est plus qu’inspirant et votre famille extra!
    Bravo à vous et bon retour sur la terre ferme.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s