La pré-transat

capture-decran-2016-11-18-a-12-31-20Si l’on part du nord de la France pour réaliser un tour de l’Atlantique, les navigations hauturières augmentent au fur et à mesure des milles parcourus… Un peu plus de 48 h pour la traversée du Golfe de Gascogne, 3 jours entre Lisbonne et l’archipel de Madère, et maintenant, avant la vrai transat, nous avons quelques 800 milles à parcourir (soit quasiment 2000km) en parfaite autonomie. Du vrai hauturier 😉

Derniers préparatifs et derniers contrôles, un peu comme dans l’aviation … Tout est ok! Nous nous élançons de la Gomera aux alentours de 16h, pour 5 jours de mer. Nous nous dirigeons vers l’île de Sal pour effectuer les formalités douanières d’entrée au Cap Vert. Pour information, nous pouvons faire les démarches d’entrée et de sortie en voilier uniquement  dans les ports de Palmeira (Sal), de Mindelo (Sao Vincente) et de Praia (Santiago).

Comme la météo l’avait prévu, nous débutons sans vent avec le moteur et la grand voile combinés. Très rapidement, nous sortons le génois et voguons à une vitesse de 4 noeuds. Nous supportons de moins en moins notre volvo MD 22…Deviendrions-nous des puristes?

A peine les lignes de pêche à l’eau, ça mord! Impossible de freiner le moulinet… Ouf, ça décroche. Nous perdons la prise plutôt que l’intégralité de la ligne…

Nous décidons de tangonner le génois. Une première depuis Dunkerque et ça marche! Puis nous découvrons une mer croisée, avec des creux de 4 à 5 mètres!

Genesis est dans notre sillage. Nous échangeons un sms tous les jours par Iridium (notre téléphone satellite).

Le vent monte, nous réduisons la toile pour la deuxième nuit. Le speedo affiche plus de 30 noeuds en rafales… Le bateau est stable, équilibré malgré la houle qui nous malmène. Sea You nous surprendra dans un surf à 14,1Nds!

thumb_dsc01223_1024La vie à bord s’organise, les quarts se succèdent, les repas sont pris dans des assiettes creuses et les garçons sont d’accord pour remplacer le lait chaud par le lait froid… Pourquoi se compliquer la vie 😉 Avouons le, nous sommes ballotés par les vagues désordonnées. Nous organisons même une journée pyjama pour tout le monde, tant pis pour la pêche 😉

A la grande joie de Robin et Marius, ils font l’école buissonnière jusqu’au Cap Vert. A leur décharge, l’état de la mer n’est vraiment pas propice au travail…

Le soleil n’est pas au rendez-vous ce qui nous oblige à allumer le moteur pour recharger les batteries. Un avantage à ce désagrément, le chauffe-eau fonctionne! Ni une, ni deux, nous en profitons pour emprunter la baignoire d’Emile… Toute la famille y passe 😉 Le ridicule ne tue pas, osons les photos du capitaine et de la seconde!

Au petit matin, nous découvrons des poissons volants et des pouples à tendance suicidaires sur le pont…

Oh merde, c’est quoi le « truc machin chose » qui flotte derrière nous???  Au loin, Robin et Manu pensent voir un radeau de survie! L’objet flottant non identifié (OFNI) est noir et orange, c’est donc probable… Perrine les entend et les rejoint jumelles à la main pour donner le cap… Pendant que Robin est à la barre, nous enroulons le génois et les lignes de pêche. Avec la forte houle, nous perdons notre cible plusieurs fois … Tout près de notre objectif, nous constatons que ce n’est qu’un fût d’huile d’au moins 300 litres aux couleurs d’un pétrolier dont nous tairons le nom… Un petit indice pour les connaisseurs, cette marque distribue de l’essence 24/24, avenue de l’Hippodrome à Lambersart 😉

thumb_dsc01175_1024A notre grande surprise, durant cette traversée, nous avons croisé une dizaine voiliers. Dont un américain, baptisé Sirena, avec lequel nous faisions route de collision! Nous ne sommes pas si seul…

5ème jour et dernier jour de navigation avant de mettre le pied à terre.. La mer se calme, le soleil est de retour et nous émergeons. Vers 14h00, une terre plate et sèche surgit de l’océan, seuls deux collines transpercent le paysage. L’île de Sal est notre premier contact avec le Cap Vert. Nous sommes accueillis par un banc de 50 dauphins…

thumb_dsc01216_1024

A 5 miles du port de Palmeira, le moulinet s’excite à nouveau… Manu met le frein et se bat avec le poisson pour le remonter… Ce dernier ne se laisse pas faire… Nous apercevons notre prise au loin qui se débat… Un thon de plus ou moins 1 mètre! Nous avons  déjà les babines qui salivent 😉 Ah non!!! A 5 mètres, notre beau et gros poisson se décroche… Nous sommes plus que déçus. Il faut vraiment revoir notre méthode de pêche.

Nous rentrons les voiles et approchons du mouillage. Une cinquantaine de bateau sont déjà là. Nous essayons de trouver une place non loin de la plage de débarquement. Avec un vent oscillant entre 20 et 25 noeuds, il est difficile de se faufiler entre les voiliers. Nous lançons l’ancre une première fois mais elle décroche… La deuxième fois sera la bonne 😉

Nous n’avons pas encore mis le pied à terre mais le paysage, que nous découvrons, annonce déjà un vrai dépaysement.

thumb_dsc01228_1024

Notre premier repas au Cap Vert est cuisiné par les garçons: Robin nous a servit de délicieuses pâtes carbonara puis nous nous sommes régalés avec le gâteau au yaourt de Marius!

Publicités

7 réflexions sur “La pré-transat

  1. Bonjour,

    Je viens de trouver votre blog par hasard!!!
    Nous nous etions rencontrés une fois au grand large alors que vous faisiez découvrir l’annexe aux enfants dans le port juste à côté de notre bateau!… Je suis ravie d’avoir pu découvrir votre parcours et voir que c’est possible de « tout » larguer et de partir découvrir le monde!!!
    Merci pour vos récits et photos de découvertes et pour vos détails de navigation qui sont sont très intéressants!!!
    Je vous souhaite bon vent et bonne Transat’ !!!

    J'aime

  2. J’adore les photos dans ma baignoire / bassine !
    Quel courage de faire l’école tous les jours!

    Au cap vert, on a garde un souvenir impérissable de l’ile de fogo, l’ascension du volcan, du petit village de caldeira au peid du volcan où il y a plein d’enfants nors avec les cheveux blonds et les yeux bleus: trop beaux!
    et n’oubiez pas de mettre cesaria evora à tue tête !

    J'aime

  3. Un petit coucou de Lys des mers
    Nous suivons votre parcours avec envie , bientôt le grand départ ….
    Nous vous souhaitons bon vent à tous les 5 et nous vous embrassons

    Le bateau Anyway est aussi tout près de vous ….

    J'aime

  4. Vous voilà au 2 decembre !!!jour du grand départ tout l’équipage doit être sur le pont!!!!
    Bon vent et bonne traversée pour Sea you
    Bisous énormes à toute la famille becquet ainsi qu’à mon  » petit frère  » dothy😘😘😘🌈🌈🌈

    J'aime

  5. Bon anniversaire à Robin (avec un peu de retard même en comptant sur le décalage horaire !!)
    Et félicitations pour votre transat 👏
    ________________________________

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s