Les BVI et son terrain de jeu

thumb_P1010526_102482 milles seulement entre Saint Martin et les British Virgin Islands (BVI) mais le dépaysement est total… Nous nous sommes arrêtés qu’aux îles vierges anglaises, cependant la culture américaine est très présente.

Nous passons le passage de Ginger Island et entrons dans l’archipel des Vierges. Une multitude de criques s’offrent à nous… Quel magnifique terrain de jeu entre les îles! Dommage que nous n’ayons pas un Pogo de régate 😉

thumb_P1010530_1024Nous remontons sur Saint Thomas Bay à Virgin Gorda afin de faire la clearance d’entrée. Manu embarque Robin en dinghy. Un ponton leur ouvre les bras… Et là, le racket commence… 2$ par passager d’annexe débarquant! Nous sommes à cours de dollars US et ils n’acceptent pas les Euros. Direction la banque où, après de multiples tentatives, notre CB européenne est refusée au distributeur. La « gardienne des annexes » ne lâche rien et emmène Manu au guichet en passant devant tout le monde. Le sabot existe encore sauf qu’au bout d’une demi heure de paperasses et formalités, le guichetier se rend compte que la carte bleue est au nom de Perrine! Retour à la case départ… Perrine prend le relais, ressort avec les fameux dollars et règle enfin les formalités d’entrée aux BVI. Au final, Madame « la surveillante d’annexe », ayant fini sa journée, offre la place de parking…

Pour information les douanes et l’immigration pour 10 jours aux BVI, nous ont coûtées 8$. Faible somme comparée aux français croisés sur un voilier de location qui ont dû débourser la modique somme de 240$ pour 8 jours!

Vous l’avez compris, ici tout est payant… Un boyboat arrive vers 19h00 pour nous faire payer la bouée 30$. Par contre, à la différence de beaucoup d’autres îles, nous recevons un reçu. A leur avantage, ils garantissent la bouée pour tout navire de moins de 60 pieds, 20 tonnes, dans la limite de 40 noeuds de vent.

thumb_P1010535_1024Dès notre réveil, nous souhaitons rejoindre Gorda Sound car le météo des prochains jours se gâte. Cette baie semble être un bon abri car elle est relativement fermée par des îles et n’a que trois passes pour y accéder. En arrivant, nous nous retrouvons au coeur d’une régate sponsorisée par Rolex. Après un bref aperçu aux jumelles, nous constatons que c’est la Swan Cup Regata.

thumb_P1010592_1024Nous découvrons un mouillage fort sympathique face à Prickly Pear Island. Nous sommes uniquement 3 bateaux sur une mer bleue turquoise…

Les enfants réclament de faire du trapèze en s’accrochant à la drisse de Spi, jeu très prisé de leurs copines américaines. Manu se lance en premier et se retrouve projeté contre les haubans. Modification du système. Robin se lance et se coince le bout de renvoi! Nous sortons la Biafine car il est légèrement brulé au mollet! Nous arrêtons ce jeu idiot!

Sieste pour Emile et cours d’annexe pour les grands. Robin et Marius connaissent maintenant son fonctionnement et surtout ses dangers. Une vingtaine d’exercices après, nous leur demandons d’aller jusqu’au catamaran Mr Happy, un Outremer 50, skippé par Stéphane et Marie. Au lieu de ne faire que le tour du bateau, ils se font inviter à l’apéro pendant que nous les attendons, idiots et impuissants, pour manger 😉

Les Swans rentrent de régate. Les coureurs sont ravis de voir de petites têtes blondes leur faire de grands signes! « Come on, come on », nous appelle une équipe espagnole. Nous approchons et ils nous tendent de superbes casquettes beiges brodées au nom du bateau « Plis Play ». Un souvenir unique supplémentaire 😉

Ce soir, nous recevons Stéphane et Marie, du catamaran Mr Happy. Ils nous racontent leurs parcours et leurs expériences. D’une bâtisse à Saint Amour transformée en chambre d’hôtes, ils ont ensuite eu l’envie de découvrir de nouveaux horizons. A 50 ans, ils ont tous lâchés pour profiter de la vie!

Le lendemain avec cette mauvaise météo, nous faisons du CNED à gogo… Le mouillage se remplit et la houle entre de plus en plus… Nous tentons de rejoindre la marina de l’autre côté de la baie pour nous balader et prendre de nouveaux gribs. Tentative échouée… Nous parvenons cependant à rejoindre la plage juste devant le bateau afin que les enfants profitent du sable et des rouleaux. L’endroit est presque désert et d’énormes bernard-l’ermite nous tiennent compagnie.

Nous sommes bloqués dans une belle prison dorée et commençons à trouver le temps long… Tant pis, le 4ème jour, nous décollons à 8 heures. La passe de sortie est houleuse. Un vieux 4 mats reconditionné en un paquebot pour touristes nous laisse passer. Certains bateaux devant nous font demi-tour. Sea You se retrouve sous 40 Noeuds vent arrière. Les vestes de quart sont à nouveau de sortie 😉

Nous nous éclatons! Les enfants ne se rendent même plus compte de l’état de la mer. Eux aussi trouvent cela grisant.

Après quelques heures de navigation et une succession de grains, nous arrivons à Treillis Bay sur l’île de Tortola. Le vent ne mollit pas… Nous subissons même un effet de côte en pénétrant dans ce mouillage surchargé. Robin, devenant un vrai matelot, aide Perrine à la prise de bouée. Mais du bout de ses 10 ans, il préfère regarder s’il n’y a pas un bateau copain dans les parages… Il oublie donc de donner l’amarre à Perrine… Nous loupons le corps mort… Avec 35 noeuds, Sea You se met travers au vent avec des cailloux à moins de 100 mètres… Et là, le moteur cale! Il y a 20 mètres de fond, Perrine se prépare à lancer l’ancre quand le moteur redémarre! Quel soulagement!!! Nous connaitrons le pourquoi du comment après avoir plongé et découvert du fil de pêche dans l’hélice (pas le nôtre pour une fois 😉 ).

Allez, nous dégageons de cet endroit! Nous allons nous cacher au sud de Beef Island, excessivement bien protégé mais non signalé comme mouillage sur notre guide de croisière Patuelli. Les grains n’en finissent pas. Il fait gris… Pire qu’un temps du Nord en hiver 😉 Perrine se lance dans un puzzle géant avec Marius, Emile construit un château de Lego pendant que Robin et Manu cuisine un bon pain. Puis nous attrapons des fou-rires devant un bon film de Louis de Funés. Les repas sont pris à l’intérieur. Vive les Antilles 😉 😉 😉

Le temps devient plus clément, nous partons pour Bath à Virgin Gorda. Nous ne sommes plus que deux bateaux le soir venu, au lieu d’une vingtaine dans la journée. Notre but, en passant la nuit dans ce mouillage de jour, est de visiter ces énormes blocs de granit à l’aube avant l’arrivée des nombreux touristes.

thumb_P3090003_1024L’expédition est rocambolesque car le débarquement sur la plage en annexe est interdit. Nous amarrons notre dinghy à une bouée située à une centaine de mètres du rivage. Robin avance en éclaireur et nous fait signe d’y aller. Perrine plonge avec le sac étanche sur le dos accompagné de Marius et Manu tracte Emile dans sa bouée.

A peine arrivés, le garde enlève le drapeau rouge interdisant la baignade car la mer était formée avec la météo de ces derniers jours. Oups 😉

Cet endroit est magique pour les adultes comme pour les enfants. Nous nous faufilons entre les roches de ce labyrinthe. Nous découvrons des baignoires naturelles aux eaux limpides. Le bruit de l’eau est de tout repos. Nos trois zouaves ne savent plus où donner de la tête. Et nous, nous restons en admiration… Des centaines de tonnes de granit entrelacées au dessus de nos têtes! Notre stratégie de la veille est payante 😉 Car deux heures après notre arrivée matinale, des centaines de touristes, accompagnés par leur maître nageuse au physique de Pamela Anderson, déambulent avec leur gilet de sauvetage autour du cou… Ils ne nous laissent jamais passer dans les couloirs de peur qu’un caillou ou même la mer ne disparaissent à tout jamais 😉

Quelques brasses plus tard, nous remontons sur l’annexe encore sous le charme de cette nature si pittoresque!

Départ vers Soper’s Hole, à l’ouest de Tortola, pour une navigation sympathique.

thumb_P1010924_1024A peine sommes-nous accrochés à la bouée qu’un bateau copain suisse arrive pour nous saluer. Nous descendons à terre et retrouvons Jérôme et Isa, du voilier Seawi, avec leurs deux filles, Romane et Zoé (les babysitters préférées des garçons 😉 ) Nous ne les avions pas revus depuis Madère. Afin de discuter de nos expériences, nous mangeons sur leur bateau le soir même pour une soirée hyper conviviale. Tous les deux médecins dans la vie de tous les jours, ils ont désiré voir un peu de pays. Et pourquoi pas s’arrêter aux States? Actuellement, ils se confrontent au problème du fameux visa américain…

thumb_P1010929_1024Le lendemain (après avoir jeté nos poubelles pour 4$ le sac 😦 ), Seawi, Sea You, et les suisses font des ronds dans l’eau en attendant que la pompe à gasoil se libère… Les pleins faits, nous nous quittons en espérant nous recroiser dans nos futures vies.

Petit message dédié à Isa, si elle lit cet article: Dis nous la vérité, le saucisson de poulet broyé et congelé trouvé à la supérette de Soper’s Hole, ce n’est pas bon! Hein?

thumb_P1010948_1024Après un louvoyage d’enfer entre les BVI et les vierges américaines, nous arrivons vers 16 heures à Norman Island au mouillage de « The Bight ». Une centaine de bateaux sont déjà à la bouée. Ce sont en grande partie des américains sur d’horrible catamaran à moteur de location. Au sud-ouest de la baie est ancré un vieux gréement faisant bar, restaurant, discothèque et plongeoir . Ce soir c’est concours de sono et bien évidemment la dernière bouée de disponible se trouve à quelques mètres des décibels 😦 Ce n’est pas grave, nous nous mettons dans l’ambiance et nous en profitons pour faire des hamburgers au barbecue. Petite découverte: les steaks américains restent toujours tendres quelque soit leur temps ou leur mode de cuisson 😉

Au petit matin, nous partons pour les « caves » à moins de deux miles, au mouillage de Privateer Bay. Nous voulons percer les mystères de Norman Island, où suivant la légende, est enfoui un trésor au fond de ses grottes… L’imagination des enfants va bon train!

Le repas est vite avalé pour une séance de snorkeling dans ses fameuses excavations. Aucune pièce d’or… Par contre, les nombreux touristes n’hésitent pas à se mettre debout, palmes aux pieds, sur la flore sous marine 😦 Adieux coraux et autres beautés! Ce côté m’en foutiste des personnes côtoyées aux BVI nous agace fortement et gâche en partie le charme de ces îles!!!

En fin de journée, les pirates finissent leur apprentissage d’annexe. Ils se débrouillent de mieux en mieux. Pendant ce temps là, Emile progresse au puzzle et construit ses escaliers Lego. « Tic, tac, tic, tac, plouf! ». Ce soir, le coucher de soleil est magnifique. Nous décalons notre départ pour Saba car Perrine est fiévreuse et souffre d’une oreille.

Publicités

7 réflexions sur “Les BVI et son terrain de jeu

  1. Superbe… votre aventure continue ,nous vous suivrons par l’intermédiaire de votre blog
    Bonne continuation et profitez de ces moments de partage

    J'aime

  2. Bonjour,
    Quel dépaysement et bonheur votre épopée ! Je suis votre voyage depuis notre rencontre à La Corogne où nous terminions nos vacances après être remontés de Vigo. Nous étions au même ponton en face un peu plus loin. Vous avez croisé beaucoup de monde (nous c’est la famille Fouquet Brémond : mon mari William cheveux blancs, et mon fils Thomas de 6 ans qui était venu jouer et diner sur votre bateau, et nous avons une maison de vacances à Locquirec).
    William termine justement cette semaine un petit séjour aux Virgin Islands. Peut-être vous croiserez-vous ? Il est à Peter Island aujourd’hui, demain il prévoit d’aller à Norman, puis mercredi et jeudi à Saba. Le bateau de location est un Océanis 54, SELENE – Il y a 8 personnes à bord. Vous pouvez le contacter par SMS au 06 27 14 06 95 ou mail william.fouquet@nokkia.fr .
    Bonne continuation avec vos pirates !!
    Bises.
    Nicole

    J'aime

    1. Evidement, nous nous souvenons de vous 😉 Nous nous sommes croisés… Nous sommes aujourd’hui au Marin pour découvrir les grenadines avant les cyclones… Nous avons oublié… où se trouve votre maison de vacances? Nous embrassons et à un de ces 4 à Locquirec 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s